AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Pâris Askeïn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pâris Askeïn

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 04/07/2010

Carte d'Identité
Relations:
Pouvoir :
Maîtrise du pouvoir:
1/100  (1/100)

MessageSujet: Pâris Askeïn   Dim 4 Juil - 20:34

MOI, PARIS ASKEIN





Nom : Askeïn . C’est laid et froid comme nom, pas vrai ? Mais personne ne m’a laissé le choix. Tant pis.. Askeïn, c’est un nom russe, comme mes parents.
Prénom : Je m’appelle Pâris, comme le héros grec d’en l’Antiquité. Vous savez, celui qui a enlevé la belle Hélène ? Et bien je porte son nom. Pâris. C’est joli nom ? Mes parents me disaient que votre prénom programmait votre destin ; je ne sais pas ce qu’ils ont pensé en me donnant le mien.
Surnom : J’ai pas de surnom. Mon prénom est tellement joli, à quoi bon essayer de le diminuer ? Avant j’avais une copine qui m’appelait Corazon…ça veux dire « Mon cœur » en espagnol. Je ne sais pas si c’est un surnom, mais vous pouvez toujours m’appeler comme ça.
Age : 17 ans, plus qu’une toute petite année, et je serais enfin majeur. Tant de porte vont alors s’ouvrir à moi !
Origine : Russe, mais j’ai passé la moitié de ma vie en Espagne.


I. Devant un miroir


    Pâris est un jeune homme bien dans sa tête et fier de son corps. A sa silhouette fine et frêle, on devine qu’il n’était pas le capitaine d’un équipe de rugby mais le jeune idylle qui préférait trainasser aux bords des plages. Son teint halé aura d’ailleurs bénéficié du soleil d’Espagne sous lequel il a passé la plupart des années de sa vie. De faible corpulence, à l’allure androgyne, Pâris est un amoureux du soleil et des pays chauds.
    Ses cheveux plus blonds que des épis de blé entoure sa tête d’une crinière doré, ils ne sont pas lisses, légèrement ondulés et il les laisse venir au bas de son cou, dans une attitude négligé. Une mèche plus blonde encore lui barre le front et cache presque ses yeux. Prunelles bleus, vives et éveillées, à l’éclat semblable aux pierres de saphirs qui scintillent sous la lune. Ils brillent d’un air malicieux et affiche au regard de tous sa confiance en lui.
    Sa démarche est fière, altière, presque hautaine. Son style vestimentaire quant à lui, reste des plus simples. Un jean aux allures usées, et un haut coloré moulant suffisent à le mettre en valeur. Sa voix lui apparait comme douce, medium, ni grave ni aigue. Et au coin de sa bouche, son sourire, canaille, assuré. Pâris sait qui il est.


II. En face de toi


« Je suis magnifique ! »

Pâris s’aime. Un peu. Voir même beaucoup. Il est très fier de son apparence et ne perd pas une occasion pour le déclamer à la terre entière. Pâris est narcissique. Il n’y a rien à redire là-dessus. A force de lui répéter qu’il était magnifique, le jeune homme a finit par s’en persuader. Désormais, il n’hésite pas à rabaisser les autres au rang d’Inférieurs. Il n’aime personne excepté lui-même, pourrait passer des journées entières à contempler son reflet. Sa pire crainte serait de vieillir, de voir son image se ternir, de se rider, de changer. Il en frémit d’horreur, rien que d’y songer.

« Et j’ai tout ce que je veux »

Depuis son plus jeune âge, Pâris n’a pas subit la moindre contrariété. Il voulait un jouet ? On le lui donnait. Il ne voulait pas aller à l’école ? Il pouvait rester au lit. Il a voulu conduire une voiture ? On le lui a permit. Il a toujours eu tout ce qu’il voulait sans que personne n’y trouve à redire. Chez lui, il était un enfant roi. Chez les autres, il était l’invité souverain. Maintenant, ce n’est qu’un enfant gâté jusqu’à la moelle. Il est capricieux et irresponsable, mais apparemment, rien ne pourra plus le changer désormais.

« Vous… ? Admirez-moi ! »

Il demande aux autres, admiration et respect. Et c’est tout. Des grandes amitiés, il n’en a jamais connues. Les gens, selon lui, n’existent que pour satisfaire ses désirs. Il n’est pas altruiste, ni généreux. Tout simplement, il vit dans son monde. Un monde doré où la terre, le vent, le ciel et les oiseaux lui obéiraient. Un monde dont il serait le point central. A attendre Pâris, ce serait une bonne chose que la monarchie revienne. Ainsi, il pourrait diriger son monde à sa façon.
Il ne faut pas lui en vouloir, mais se dire que ce n’est qu’un enfant mal élevé qui n’a jamais été confronté aux réalités du monde. Pâris, quoiqu’il en dise, n’est qu’un tout jeune enfant dans un corps trop âgé pour lui.

    Qualités : confiant, détendu, drôle, charismatique
    Défauts : insouciant, irresponsable,irréaliste, capricieux


III. Derrière lui


« Je peux te raconter mon histoire…Bien sûr. Mais à quoi cela te servirait-il ? Tu as ton histoire, la tienne, à laquelle tu peux te référer. Pourquoi tiens-tu à savoir la mienne ? C’est personnel une histoire ! Elle ne concerne que moi. Tu es sûr que tu veux savoir ? Très bien, si tu veux. Tu es bizarre tu sais, cela ne t’avancerais à rien…Mais si tu y tiens tellement…

    Je vais d’abord commencer par mes parents. Ce sont de grands scientifiques, russes. Ils faisaient des expériences sur des enfants mais la Russie avait décidé de leur couper les fonds car elles étaient trop invraisemblables. Que faisaient-ils ? Je ne sais pas. Je sais seulement qu’ils ont du arrêter. Alors, ils sont partis en Angleterre en espérant que les anglais seraient plus ouverts d’esprits que les Russes. Ils continuèrent à travailler sur un sujet qui m’a toujours été inconnu mais passons. Moi, je suis né en Angleterre. On vivait dans une grande maison, isolée de tout, quelque part dans la campagne. Seuls. Ils n’aimaient pas qu’on sorte, détestaient la ville. Ils se faisaient approvisionner par les gens du coin, une fois tous les mois. Toute mon enfance, je l’ai passée dans cette petite villa. Mes parents n’étaient pas particulièrement présents… Toujours dans leurs papiers, ou enfermés dans leurs bureaux. Ils comptaient, travaillaient, comparaient. Et n’avait pas beaucoup de temps pour moi… Heureusement, je n’étais pas tout seul. Car avant moi, il y avait Texas.


Oui, il s’appelle Texas mon grand frère. Et alors ? Il y en a qui s’appelle, Prune, Dakota ou Marguerite, non ? Alors pourquoi pas Texas ?

    Texas, c’était mon grand frère. On avait six ans d’écart. Six longues années nous séparaient. Mais par la force des choses, nous avons bien fini par nous entendre. De toute façon, il n’y avait personne d’autre. Texas était un garçon silencieux et discret, il ne parlait pas beaucoup. Parfois, je me demandais même si il ne communiquait pas par la simple pensée. Il n’aimait pas mes jérémiades, n’aimait pas qu’on cède à tout mes caprices. Je le voyais dans ses yeux. Et pourtant, il ne disait rien, laissait faire. On ne se ressemblait pas. Là où on m’aidait, lui il se débrouillait seul. Texas a toujours été curieux. Parfois, il me demandait comment je pouvais supporter de rester enfermé, si l’extérieur ne m’attirait pas. A cette époque, il avait douze ans, j’en avais à peine six. Mais je finis par comprendre. Et moi aussi j’ai voulu partir. Mais avant, il y a d’abord eu la naissance de Prunelle. C’était une petite fille, toute fragile, toute timide. Nous l’avons vu grandir. Elle était bien, comme fille. En grandissant, Prunelle s’est mise à ne plus accepter le désordre et à ne chercher qu’une chose : la perfection. Elle était un peu maniaque sur les bords. Mais à part ça, elle était très bien. Je me souviens que la fratrie s’est encore agrandit avec Harmonie. Je ne l’ai pas beaucoup vue, elle. Je sais juste que mes parents l’ont adoptée. Je crois qu’elle a du être heureuse avec nous. Mais je ne sais pas tellement en fait. Texas, Prunelle, Harmonie et moi restions cloitrés à l’intérieur. De temps à autre, un Professeur ami des parents venaient nous donner une leçon de lettres ou d’algèbres. Mais c’était tout. Alors, lorsque j’ai eu douze ans sur ma tête, j’ai demandé à partir. Comme ça.


Mes parents n’étaient pas très présents pour nous. Ils nous aimaient beaucoup, j’en suis sûr. Mais ils n’étaient pas très présents. En fait, c’est surtout Nounou qui s’est occupé de nous. Une nourrice. Gentille. Mais bon, elle ne remplaçait pas mes parents…

    Je me souviens de ma détermination, lorsque je leur ai proposé de m’envoyer dans un collège à l’étranger. De ma détermination, mais de ma peur surtout. J’avais peur qu’ils refusent. Et puis, je ne les connaissais pas beaucoup, mes parents… Au début, ils m’ont sourit, puis ils ont réfléchit. Ils ont parlé de probabilité ou de je ne sais quoi. Et ils ont acceptés. Ca m’a fait bizarre. En une semaine, tout était prêt pour mon départ. Ils m’avaient même laissés un compte en banque, dont je pourrais me servir selon mon bon vouloir. C’était hallucinant. Et je suis partit. Comme ça. Ils m’avaient envoyés en Espagne. C’est beau l’Espagne, il y a du soleil là bas. Et puis des gens, et des fêtes. J’étais dans une famille d’accueil. Une vraie famille. Orlando et Mathilda passaient à tous mes caprices. Je faisais ce que je voulais. J’aime l’Espagne, il y fait chaud. Au collège, je ne travaillais pas beaucoup, et j’étais la coqueluche des filles. Là bas, j’ai bu, j’ai dansé, j’ai ris. J’ai dépensé pas mal d’argent en tout et en rien. C’était une belle vie.
    Un jour, mes parents m’ont appelés pour me dire que Texas avait disparut depuis un mois. La police avait cessé les recherches. Je m’en fichais. J’étais bien dans ma vie en Espagne, alors mon frère et son silence, je m’en fichais. Egoïste que j’étais.

    Je ne sais plus quand j’ai commencé à entendre des voix dans ma tête. Ni quand j’ai commencé à les associer aux gens qui étaient autour de moi. J’entendais leurs pensées… Au début ça m’a fait un choc ! Les mains crispées sur mon crâne, j’essayais de les faire taire. Et ce qui m’a le plus choqué, ça a été de me réveiller, un matin, dans ce lieu inconnu. Ils ont dit Candypeps. Tout est étrange ici, je viens d’arriver. Et je crois que pour la première fois de ma vie, j’ai peur.



    Don : Pâris lit les pensées des gens. Pour l’instant, il ne contrôle pas très bien son pouvoir et n’arrive pas à bien les décrypter. Il capte un mot sur trois et n’arrive pas à les faire taire. C’est comme si un léger bourdonnements d’où il percevrait à peine quelque mot emplissait toujours sa tête.


IV. Sous le pseudonyme


    Moi ? Moi c'est Cléa. Mais vous pouvez m'appelez de mes surnoms : Choupinou, LIM ou Porte-Clefs. Dans la vie, y a pleins de choses que j'aime bien (le nutellaa I love you ) et que j'aime pas ( naaan ma prof de latin ! pale ). J'ai treize toutes petites années sur ma tête et l'année prochaine, je passe en Seconde.
    Et je suis scoute, du moins, caravelle pour ceux qui voient ce que c'est. Alors pareil, je préviens dès maintenant que je ne serais pas là TOUT le mois de Juillet pour mon super camp d'été. Camping sauvage + 537 kilomètres à vélo, on veux faire Paris-Bordeaux pour rejoindre le Jamboree (rassemblement de tous les scouts de France pour ceux qui ne connaissent pas). Pffiou... Sinon, bah je suis là quasi tout le temps. Mais bon, hein, je ne suis pas une nolife qui passe sa vie derrière un écran, hein ? M'enfin, je suis toujours là tant qu'on a besoin de moi. C'est ce qu'il faut retenir.
    J'ai connu le forum...Comme ça, vraiment au hasard, sur un top-site. Au début en le voyant, je me suis dit "mais c'est quoi ce truc ?" et pis, bah, je me suis dit que je pouvais lui laisser sa chance, parce que l'idée avait vraiment été travaillée et qu'on sentait que l'admin en question s'était donné du mal. Personnellement, je pense qu'il faudrait le paufiner pour que ça donne vraiment quelque chose de fabuleux. Mais il est déjà bien, vraiment, sinon je ne m'y serais pas inscrite.
    Bon, assez parlé de moi. Le code est ok Pâris, je le verrais bien dans une petite maison. A moins qu'on ai droit aux colocataires ?
Revenir en haut Aller en bas
Lourya Sparks

avatar

Messages : 518
Date d'inscription : 07/09/2008

Carte d'Identité
Relations:
Pouvoir :
Maîtrise du pouvoir:
20/100  (20/100)

MessageSujet: Re: Pâris Askeïn   Dim 4 Juil - 20:53

Ta fiche est super complète et ton perso a un caractère intéressant =D
Je vais te faire ton avatar, si jamais tu as des photos d'acteurs ou de t shirts que tu voudrais ou n'importe quell référence que tu voudrais que j'intègre à ton avatar tu peux m'en faire part =)
Tu pars à partir de quel jour en juillet ?
Revenir en haut Aller en bas
http://s-cliic.deviantart.net
Pâris Askeïn

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 04/07/2010

Carte d'Identité
Relations:
Pouvoir :
Maîtrise du pouvoir:
1/100  (1/100)

MessageSujet: Re: Pâris Askeïn   Dim 4 Juil - 21:01

    Merci pour la fiche^^
    Je traine l'idée de Pâris depuis pas mal de temps déjà. Je jouais son frère, Texas sur un autre forum et essayais de chercher un Rpg assez interessant où je pourrais faire Pâris. Je crois avoir trouvé mon bonheur.
    Pour le T-shirt, comme tu veux. Avec une inscription dessus genre "I'm a Prince" ou le dessin d'une couronne si tu y arrives^^ Sinon, je n'ai pas d'idées particulières d'acteurs en tête. Je fais confiance à ton imagination !
    Je m'en vais du 10 au 30 Juillet, sinon...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pâris Askeïn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pâris Askeïn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Candypeps :: Présentations validées-
Sauter vers: